Bombardements des civils : des selfies pour dire « STOP »

L'ong Handicap International lance un appel mondial contre les bombardements de civils

Lundi 11 septembre 2017 —                                 Embargo 12 septembre 2017, 10h (heure de Bruxelles)

L’ong Handicap International qui avait été à l’origine du traité d’Ottawa (1997) interdisant les mines antipersonnel suite à une campagne de mobilisation citoyenne, lance aujourd’hui une campagne mondiale « Stop Bombing Civilians », contre les bombardements des civils. Le but : récolter un million de signatures en un an.

 

 

L'année dernière, plus de 32.000 civils ont été tués par des armes explosives ! L’association appelle les citoyens à se mobiliser contre cette pratique afin de faire pression sur les Etats afin qu’ils rejoignent et soutiennent une déclaration politique interdisant l’utilisation des armes explosives en zones peuplées.

Un selfie pour dire stop

L’organisation demande aussi aux citoyens de tous les pays à se prendre en photo avec le mot « STOP » écrit sur la main pour signifier leur refus de cette pratique inhumaine et à la poster sur les réseaux sociaux accompagné du hashtag #StopBombingCivilians, en invitant ses « followers » à signer la pétition sur le site www.stopauxbombes.be
 

Beaucoup de personnalités ont déjà répondu à l’appel, comme Axelles Red, Philippe Geluck, Saule, Tom Boon, Charlie Dupont, Nagui, Natasha St Pier, Mbo Mpenza, les Schtroumpfs et bien d’autres pour afficher publiquement leur soutien à cette campagne dont l’objectif est de recueillir 1 million de signatures d’ici septembre 2018.

Une victime toutes les quinze minutes

Chaque jour au moins 90 civils sont victimes de l’utilisation des armes explosives en zones peuplées.  L’actualité nous le montre : bombarder de façon indiscriminée les villes et leurs habitants paraît acceptable en cas de conflit. Or ne pas respecter la distinction entre civils et combattants est un crime de guerre rappelle Handicap International. Selon le Droit international humanitaire (DIH), toutes les précautions doivent être prises pour protéger la population civile.

« Les conséquences humanitaires des bombardements de civils sont effroyables : blessures graves et invalidantes, traumatismes psychologiques lourds, déplacements forcés des populations, destruction d’infrastructures essentielles (hôpitaux, ports, ponts, etc.), anéantissement des tissus sociaux et économiques» précise Jean Van Wetter, directeur d’Handicap International.

Handicap International soigne les victimes d’armes explosives, avertit la population des dangers des vestiges de guerre non explosés et mène des opérations de déminage. Notre organisation appelle également les Etats et la communauté internationale à arrêter l’utilisation d’armes explosives de guerre dans les zones peuplées.

 

L’utilisation des armes explosives en zones peuplées

Les victimes de l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, pratique devenue courante dans les conflits actuels, sont à 92 % des civils.

 

Utilisées dans les zones peuplées, les armes explosives tuent, provoquent des souffrances et des blessures graves (brûlures, plaies ouvertes, fractures, etc.). Elles sont la cause de handicaps et de traumatismes psychologiques lourds. Cet usage provoque le déplacement forcé des populations, détruit des infrastructures essentielles comme les habitations, les écoles et les hôpitaux.

 

Lors d’une attaque, un pourcentage variable de ces armes n’explose pas à l’impact, générant une menace permanente pour les populations civiles longtemps après les combats. La présence de restes explosifs de guerre rend périlleux le retour des populations dans leurs quartiers une fois l’attaque passée ou le conflit terminé.

 

 

 

A propos de Handicap International

Handicap International est une association de solidarité internationale indépendante, qui intervient depuis 30 ans dans les situations de pauvreté et d'exclusion, de conflits et de catastrophes. Œuvrant aux côtés des personnes handicapées et vulnérabilisées, elle agit et témoigne pour répondre à leurs besoins essentiels et améliorer leurs conditions de vie. Elle s'engage à promouvoir le respect de leur dignité et de leurs droits fondamentaux. Depuis sa création en 1982, Handicap International a mis en place des programmes de développement dans plus de 60 pays et intervient dans de nombreuses situations d'urgence. Le réseau de 8 associations nationales (Allemagne, Belgique, Canada, Etats-Unis, France, Luxembourg, Royaume-Uni et Suisse) œuvre de manière constante à la mobilisation des ressources, à la cogestion des projets et au rayonnement des principes et actions de l'organisation. Handicap International est l’une des six associations fondatrices de la Campagne internationale pour interdire les mines (ICBL), colauréate du prix Nobel de la paix en 1997 et lauréate du Prix Conrad N. Hilton 2011. Handicap International agit et témoigne partout où « vivre debout » ne va pas de soi.

 

Contact presse : Gregory Vandendaelen 

Nagui
Axelle Red
Natasha St Pier
Charlie Dupont
Mbo Mpenza
Saule