Handicap International interpelle la communauté internationale : agir contre les bombardements de civils !

Handicap International interpelle la communauté internationale : agir contre les bombardements de civils !

Axelle Red soutient la campagne de Handicap International et témoigne sur sa visite dans le camp de régufies d'Azraq en Jordanie

Mardi 24 avril 2018 — A l’occasion de la Conférence de Bruxelles de soutien à l’avenir  de la Syrie et  à sa région, les 24 et 25 avril à Bruxelles, Handicap International (HI) délivre un message clair aux participants : « Protégez les civils syriens et les travailleurs humanitaires, donnez aux victimes du conflit l’espoir d’un avenir. »

Handicap International sera présente lors de la conférence et portera ce message aujourd’hui et demain auprès des délégations participantes. En marge de la conférence, Handicap International interpelle les décideurs politiques dans les rues de la capitale avec notamment la présence d’une affiche géante de plus de 10 mètres de haut en plein quartier européen, ayant pour message : « Act now to stop bombing civilians. »

Des centaines de passants peuvent également vivre une expérience sonore immersive simulant un quartier bombardé,  pour sensibiliser au sort des civils. Les participants seront  appelés à signer la pétition de l’organisation, qui vise à rassembler 1 million de signatures d’ici septembre 2018.

« Handicap International mène une campagne internationale contre l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, car il n’y a pas de fatalité. Les civils doivent être protégés et nous avons le pouvoir d’agir contre cette fatalité », explique Jean van Wetter, directeur général de Handicap International à Bruxelles. Il fait appel aux citoyens : « La mobilisation publique est essentielle pour faire pression sur les décideurs politiques et les forcer à agir.»

Les cicatrices du conflit syrien seront visibles pendant des décennies

Handicap International apporte un soutien humanitaire aux victimes du conflit syrien depuis 2012. Nos équipes sur le terrain sont les témoins directs de l’impact de la violence et des bombardements sur les civils syriens.  «Chaque mois 30 000 syriens sont blessés et nécessitent des soins urgents. Parmi les personnes soutenues par HI et victimes d’armes explosives, 46% auront un handicap à vie.

Les besoins d’assistance à court et plus long terme sont donc énormes et l’engagement des bailleurs doit être à la hauteur » précise Mr Van Wetter.

Même quand les armes se seront tues, il faudra encore attendre longtemps pour que les Syriens puissent vivre en toute sécurité dans leur communauté. Selon Handicap International, il faudra plusieurs dizaines d’années afin de déminer et de dépolluer durablement le sol des milliers de bombes et autres restes explosifs de guerre.

La communauté internationale n’en fait pas assez

Handicap International souhaite que la communauté internationale renforce son engagement auprès de population syrienne. Une délégation de Handicap International sera présente à la conférence pour demander aux participants de renforcer les moyens donnés à la dépollution, l’éducation aux risques et l’assistance aux victimes, en particulier en termes de réhabilitation et de soutien psychologique.  La communauté internationale doit veiller à s’assurer que tous les syriens aient un accès à l’aide humanitaire et que la sécurité des travailleurs humanitaires soit garantie afin de pouvoir apporter une aide directe aux populations.

Handicap International a actuellement 500 professionnels travaillant dans la région pour aider les Syriens les plus vulnérables, dont les personnes handicapées. Ses équipes fournissent des soins de réadaptation physiques, des appareillages orthopédiques, un soutien psychologique et assurent aux plus vulnérables l’accès à l’aide humanitaire. Elles sensibilisent également aux risques des engins de guerre non exposés et mènent des opérations de déminage humanitaire.