Prothèse 3D: Des avancées technologiques prometteuses

Prothèse 3D: Des avancées technologiques prometteuses

Jeudi 11 mai 2017 — La modélisation informatique et l'impression 3D peuvent être utilisées pour la fabrication de prothèses très performantes. C’est ce que confirme une première phase de recherche initiée par Handicap International. L’association a réalisé les premières études cliniques de cette nouvelle méthode au Togo, à Madagascar et en Syrie.

«Ceci n’est qu’un début, mais nous sommes encouragés par ces résultats qui confirment que cette méthode est prometteuse. Nous sommes motivés par l’idée que les technologies innovantes peuvent devenir une aide précieuse dans les pays en voie de développement», explique Christophe Van Geel, prothésiste et expert en technologies 3D, consultant chez Handicap International. Après des premiers résultats positifs, la recherche peut désormais passer à la phase 2 durant laquelle plus de patients pourront être traités. En 2016, les essais ont concerné 19 personnes amputées sous le genou.

Impression à distance

La nouvelle méthode utilise un scanner 3D petit et léger et un logiciel de modélisation informatique pour créer un moule numérique du membre amputé. Une empreinte sur mesure est alors fabriquée grâce à une imprimante 3D dédiée. Les scanners portatifs permettent une impression à distance, ce qui permet d’élargir le champ d’actions à des zones très reculées, de conflit où les services de réadaptation et les techniciens se font rares. Une étude contrôlée, randomisée et à l’aveugle, a démontré que la prothèse 3D de ProsFit était une alternative sûre et efficace aux prothèses actuelles.
 
«Forts de notre expérience, nous menons une étude à grande échelle pour traiter encore plus de patients et desservir des localisations variées.  L'impression 3D ne remplacera jamais totalement les méthodes actuelles, mais elle pourra être un excellent complément dans certains cas», précise Isabelle Urseau, responsable du service de réadaptation/ressources techniques chez Handicap International.

Partenariat

Le projet est un partenariat entre Handicap International, l’Université de Strathclyde et les entreprises ProsFit Technologies et Proteor SAS. « Il existe en Belgique des entreprises leaders mondiales dans le domaine de l’impression 3D et nous serions très heureux de collaborer avec elles pour développer davantage notre expertise dans ce domaine », explique Jean Van Wetter, directeur général Handicap International.

Les programmes de réadaptation 

Depuis 1982, les programmes de réadaptation sont essentiels dans les actions menées par Handicap International. À l’époque, l’activité principale de l’organisation consistait à fournir des prothèses et à proposer un accès à des soins de réadaptation aux Cambodgiens victimes des mines et aux réfugiés en Thaïlande pour leur rendre leur mobilité et leur dignité. Depuis, le travail de réadaptation s'est ouvert sur un large secteur d’activités, mais Handicap International reste leader mondial dans la recherche visant à faire évoluer la prothèse et la réadaptation post-amputation.

 

[1] Computer-aided design (CAD) is het ontwerpen van onder meer constructies en apparaten met behulp van computerprogramma's.

L’Ecole Nationale d’Auxiliaires Médicaux (ENAM) à Lomé © Jérôme Canicave
L’Ecole Nationale d’Auxiliaires Médicaux (ENAM) à Lomé © Jérôme Canicave
L’Ecole Nationale d’Auxiliaires Médicaux (ENAM) à Lomé © Jérôme Canicave
L’Ecole Nationale d’Auxiliaires Médicaux (ENAM) à Lomé © Jérôme Canicave